COMMENT FAIRE DE SON PLAN DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES UN CENTRE DE PROFIT animé par René BAGORSKI

La loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » n’est pas une nouvelle loi sur la formation, elle est la première loi sur la gestion par les compétences.

Ses objectifs :

  • Développer la compétitivité des entreprises
  • Sécuriser le parcours des salariés
  • Insérer les personnes les plus éloignées dans l’emploi

Pour atteindre ces objectifs, elle redonne la main aux branches professionnelles à qui il incombe de déterminer les taux de prises en charge de l’alternance (apprentissage, contrats de professionnalisation, Pro A) et redonne la main aux entreprises avec la transformation du plan de formation en plan de développement des compétences divisé en deux catégories :

  • Ce qui est obligatoire (formations réglementaires)
  • Ce qui relève de la stratégie des entreprises

La réforme a totalement revu les circuits financiers et réorganisé le rôle des acteurs. La place des OPCO qui remplace les OPCA reste essentielle.

Ils continuent à financer :

  • L’alternance dans le cadre des règles définis par les branches professionnelles
  • Le plan de développement des compétences des entreprises de moins de 50 salariés grâce à une enveloppe mutualisée au sein de l’OPCO

Ils accompagnent les branches et les entreprises dans la définition de leurs besoins et le financement de leur GPEC.

En dehors des OPCO d’autres sources de financement sont possibles dans le cadre de parcours co-construit avec des instances (Conseil Régional, Pôle emploi ; Agefiph…) mais aussi directement avec les collaborateurs des entreprises. (accord CPF)

Si l’’impression qui prédomine est que l’essentiel des financements de la formation est dirigé vers les demandeurs d’emploi ou les personnes les moins qualifiées. Il n’en est rien car en pratique, de nouvelles sources favorisent l’alternance, l’intégration de nouveaux collaborateurs, la mobilité interne et externe et donc la compétitivité des entreprises.

Au total, de nombreux financements sont à la disposition du service formation.

Cette journée permettra aux participants de les connaître, les maîtriser et ainsi mieux optimiser chaque action de formation prévue dans le Plan de Développement des Compétences et faire de celui, ligne par ligne, un centre de profit

Publics

Chef d’entreprise – Chargés de formation – Responsables formation – DRH – Chargés de projet GPEC ou Compétences

Intervenant :

René Bagorski

Programme : 

  1. Connaître les acteurs du financement de la formation ƒ
  • Les partenaires habituels (OPCO, Pôle Emploi, Agefiph) ƒ
  • Les institutions à rencontrer (Région, Dieccte) ƒ
  • Les partenaires indirects (FSE, France Compétences, Transition pro, Caisse Dépôt et Consignation) ƒ
  1. Maîtriser les sources de financements externes de la formation ƒ
  • Au recrutement ƒ
  • A l’intégration des nouveaux salariés
  • Au perfectionnement ƒ
  • A la prospective et à la mobilité (interne et/ou externe)
  1. Optimiser les dispositifs existants ƒ
  • Pôle Emploi (AFPR, POEI…)
  • Dieccte (Engagements de développement, GPEC, Mutations économiques…) ƒ
  • Agefiph (politique de handicap, aide à l’intégration, à la formation et à l’adaptation)
  • Caisse des dépôts (Mise en œuvre d’une politique de CPF) ƒ
  • CEP + CPIR ƒ
  • OPCO (Les trois contrats en alternance, le plan et sa subrogation, les opérations spéciales)ƒ
  • Région (CPRDFOP et Mutéco)

Durée : 7 heures
Date(s) : Mardi 2 Février 2021
Lieu : BAIE-MAHAULT
Coût : 850€ HT Par participant

S'INSCRIRE

René Bagorski

Expert en formation professionnelle continue depuis 30 ans

Négociateur des accords sur la FPC de 2003 et 2009.

Co-auteur (Septembre 2018) avec Jean Marie Marx du rapport :
« Les Opérateurs de Compétences : transformer la formation professionnelle pour répondre aux enjeux de compétences » ,
à la demande de Mme Muriel Pénicaud ministre du travail.

Professeur associé des universités à mi-temps au CNAM depuis 2015